Suivre vos commentaires sur facebook et vos effets de la berbérine positifs ou négatifs en cliquant sur l’image

 

 

Mon dernier article pour l’Institut Européen de Physionutrition et de Phytothérapie : La berberine (article pur les…

Publiée par Lacroix Bruno sur mardi 14 novembre 2017

 

Pratiquement tout le monde a des cellules cancéreuses dans son corps…
Alors pourquoi on diagnostique un cancer chez une personne et l’autre non ?

Le cancer est presque toujours causé par la même séquence d’événements physiologiques qui se produit en plusieurs étapes.

Mais comment une cellule normale, qui n’est pas cancéreuse, devient-elle cancéreuse?

De nombreuses cellules cancéreuses se forment par une cellule cancéreuse antérieure qui divise et crée d’autres cellules cancéreuses.

La médecine orthodoxe prétend que tout cancer est causé par des dommages sur l’ADN. Ça n’a pas de sens. Cependant, en théorie dans de rares cas, les dommages à l’ADN peuvent causer un cancer.
En essayant de vous faire une idée de ce qu’est le cancer, comprenez qu’il peut se produire n’importe où dans le corps.
Dans tous les types de cancer, certaines cellules du corps commencent à se diviser sans s’arrêter et se propager dans les tissus environnants.
C’est pourquoi, pour prévenir mais aussi traiter le cancer (à voir avec votre médecin), il est préférable de tuer la cellule cancéreuse à son début
Pour cela il faut modifier l’environnement qui fournit le «sol fertile» pour sa croissance afin que le cancer trouve de plus en plus difficile de s’enraciner.
Nous devons redynamiser le système immunitaire et mitochondriale afin qu’il ne reste pas un spectateur silencieux et inefficace pendant que le cancer se développe. Le corps a toutes les informations dont il a besoin pour vaincre le cancer – il a fait cette tâche depuis le jour où nous sommes nés.
Les défenses de notre corps sont-elles débordées. ?

 

Le problème d’une médecine conventionnelle est que trop de praticiens se cantonnent dans le « tiroir » de leur spécialité, sans que cela veux dire que se se sont de mauvais thérapeute, loin de là, mais Ils ne font jamais le lien avec les idées d’autres spécialistes pour former un ensemble ou un concept global de dysfonctionnement ou de maladie. Par exemple, les psychiatres ne peuvent pas accepter I’idée de I’explication d’une maladie mentale par le système endocrinien ou immunitaire car elle est en dehors du cerveau et elle est alors une maladie physique et non mentale. Le plus souvent, Ies maladies mentales ont toujours une composante physique. C’est un point de vue très différent de ce qu’est la maladie mentale. Par exemple, les endocrinologues ont limité leur spécialité aux extrêmes des maladies endocriniennes (pour exemple, le dysfonctionnement de la glande surrénale : la maladie d’Addison et celle de Cushing.) Aussi, les endocrinologues ne font pas le lien entre le dysfonctionnement hormonal et la fonction d’autres systèmes.
Par exemple, certains ne savent pas comment les hormones affectent le cerveau puisque leur connaissance sur celui-ci s’arrête à l’hypothalamus . Dans le but de voir la forêt avant les arbres, il faut avoir une connaissance générale plus approfondie de la chimie organique, biochimique, physiologique jusqu’au fonctionnement de I’individu en société. Cela représente un énorme domaine à couvrir.
Heureusement, il y a de plus en plus de médecins qui pratiquent une médecine intégrale (où le médecin pratique une fusion de spécialités). En étudiant ainsi la forêt avant les arbres, cela leur permet de voir comment tout le fonctionnement du corps humain est imbriqué. Utopie ou réalité, espérons que ce genre de médecine émergera afin d’aider les patients à sortir du tsunami de pathologies modernes qui avance de façon exponentielle. Aussi, ne pas confondre une médecine d’urgence avec une médecine préventive et prédictive.
Le but de cette nouvelle médecine : la santé des personnes et le renflouement de la sécurité sociale. Bruno Lacroix