Science vs théorie du « bullshit »

Vous savez cela certainement, mais la science de la nutrition est compliquée. Il ne se prête pas très bien aux articles racoleurs
« L’oignon tue les cellules du cancer, montre l’étude  »
« Les choux de bruxelles soulagent la douleur, montre l’étude »
Souvent des articles trompeurs émergent à chaque fois qu’une nouvelle étude vient de paraître ?
Lorsque certaines personnes découvrent la magie de Pubmed, ils utilisent des liens Pubmed comme des armes.
Les essais randomisés peuvent constituer des preuves, mais nombre d’entre eux sont criblés de problèmes méthodologiques (par exemple, de petits nombres d’échantillons ou personnes, ou des méthodes statistiques farfelues) et des biais peuvent exister à partir des sources de financement ou des auteurs eux-mêmes.
La méthode scientifique repose sur la collecte de nombreuses observations et aboutit à une hypothèse. Donc, citant une seule étude, sans en connaître d’autres pertinentes, vous avez peu de crédibilité.
Le corps est infiniment plus complexe que nous le comprenons, et les études isolées ne pourront jamais répondre à toutes les questions que nous voulons connaître. Vos expériences personnelles peuvent être parfois plus intéréssantes et parfois plus, que des études. Cependant, cela est anecdotique.
Apprenez sur des recherches valides, des sources impartiales, avec toutes les nuances qui sont impliqués. Détails et complexités sont difficiles, mais cela en vaut la peine.
Dans le monde scientifique 60% d’études sont biaisées (Plos Journal). La théorie du Bullshit est bien présente dans le milieu médical surtout liée à des conflits d’intérêts.

 

Comment trouver de l’info pertinente. (chercher par soi même et beaucoup lire, avoir des bons amis scientifiques sincères et surtout prier pour le discernement.)
Voici la Méthode en Six étapes utiliser par les scientifiques.
1- Mots-clefs: réfléchir et mettre sur le papier quelques mots-clefs en anglais sur la question qui vous intéresse
2- PubMed: chercher sur la base de données PubMed en testant plusieurs combinaisons de mots-clefs (ex « curcuma »- « cancer » ); (« chemtrail »-« barium »); (« resveratrol »-« longevité »)
3- Actualité: ne pas se jeter sur « la » publication la plus récente (en haut de page PubMed) : il n’y a pas de raison que « la dernière publi » soit mieux que les 100 précédentes !
4- Revues: commencer par regarder les « Reviews » (lien en haut à droite de la page PubMed) en privilégiant les méta-analyses (metanalysis) et les journaux cotés (PLOs, JNCI, JAMA, NEJM, Lancet, Nature, Science, etc). Attention aussi aux études biasées. Yes, ça existe!
5- Lire en entier: sélectionner ainsi 3 ou 4 articles de synthèse (= Reviews) d’après leur titre et leur abstract, écrits par des auteurs différents (chaque auteur a ses marottes et ses préjugés: moi aussi !). Si on ne lit que les résumés, on risque de « croire » la conclusion, alors qu’elle n’est peut-être pas démontrée par l’article complet. Donc rechercher ces 3-4 articles en «full text» pour les lire en entier: sur PubMed, certains articles sont indiqués Free Article ou Free-full-text (le lien est sousReviews, un autres lien sous chaque article Free article). L’article de vos rêves n’est pasFree article ? Cherchez-le aussi dans Google Scholarqui indexe toutes les Open Archives
6- Enfin: Quand vous avez lu et compris quelques Revues (et fait un résumé en français pour vous-même), ensuite seulement, vous pouvez lire quelques articles récents sur PubMed. Pourquoi les lire ? C’est parce qu’il peut y avoir une publication importante très récente pas encore intégrée dans une revue de synthèse . Aussi car les journalistes (et donc « les gens ») ne voient QUE ce qui est nouveau : il faut donc être au courant de l’actualité, mais sans se laisser trop influencer. Pour la même raison, une fois que vous avez une base de connaissances établies grâces aux Revues scientifiques et validées, vous pouvez regarder quelques sites internet non scientifiques, surtout pour avoir une idée de ce que pensent « les gens », mais aussi pour trouver d’autres idées à tester par la méthode proposée ici.
C’est long: Oui, ça prend du temps.

Toute autre approche conduit à soumettre son jugement à un-e autre : Cet autre peut être « sérieux » ou pas. OK si vous voulez avoir une vague idée sur une question secondaire. Mais ce n’est ni honnête ni intelligent s’il s’agit d’un point vital pour vous, ou de quelque chose que vous devez communiquer largement (émission de télévision, rédaction d’un article scientifique ou d’un livre pour le grand public).

Attention aussi, l’absence de preuves n’est pas une preuve d’absences
(En effet, si vous tapez « Nouvel Ordre Mondial & malbouffe » dans PubMed et que vous ne trouvez rien, cela ne veut pas dire que ça n’existe pas, PubMed n’est pas la Bible non plus).-BL

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *